FR |  EN |  DE
22.08.2019

Colloque international : « Environnements numériques d’apprentissage, défense des droits, handicap :

À ce jour, 162 pays ont ratifié la Convention relative aux droits des personnes handicapées (CDPH). Celle-ci contraint ces pays à ajuster leur législation, afin de la rendre conforme aux dispositions de ladite Convention.
Location: Mérope
La Suisse a ratifié la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées en 2014. Comme les autres pays à l’avoir fait, elle se voit contrainte d’ajuster sa législation pour la rendre conforme aux dispositions de cette Convention. Parmi les mesures à adopter se trouvent celles donnant une place aux personnes handicapées dans les décisions politiques. Deux articles sont significatifs à cet égard : l’article 4 (Obligations générales) et l’article 29 (Participation à la vie politique et à la vie publique). L’article 4 stipule que « Les États Parties doivent consulter étroitement et faire participer activement les personnes handicapées par l’intermédiaire des organisations qui les représentent, dans l’élaboration et la mise en oeuvre des lois et des politiques adoptées aux fins de l’application de la présente Convention, ainsi que dans l’adoption de toute décision sur des questions relatives aux personnes handicapées ». L’article 29 engage les États à s’assurer que les personnes handicapées participent effectivement et pleinement à la vie politique et publique, que ce soit à titre individuel (auto-représentant) ou par l’intermédiaire de représentants librement choisis pour défendre des intérêts collectifs.
Or, la mise en oeuvre de ces dispositions légales se heurte à plusieurs obstacles, en particulier la difficulté, de la part d’autorités publiques, à reconnaître les personnes handicapées, et en particulier les personnes avec un handicap mental, en tant que partenaires associés à la gouvernance locale, régionale, nationale ou européenne. Pour se faire entendre, les Organisations de Personnes Handicapées (OPH) sont appelées à développer de multiples compétences, notamment celles qui leur permettront d’exercer un lobbying efficace - en particulier pour exercer la fonction de représentant des droits et des besoins d'un collectif – et, d’autre part, élaborer un plaidoyer opposable à l’argumentation des autorités publiques.
Pour contribuer au développement de ces compétences, ASA-Handicap mental a participé à un projet européen Erasmus+ grâce à la solution transitoire mise en place par la Confédération suisse, laquelle soutient les initiatives qui répondent aux objectifs fixés par
la politique nationale suisse. Ce projet, débuté en septembre 2016, a été initié par le
GIFFOCH (Groupe International Francophone pour les Formations aux Classifications du
Handicap), qui regroupe neuf organismes européens, en partenariat avec le Collectif
Handicap 35 (France). Intitulé « ParticipaTIC », le projet s’est fixé comme objectif la
création d’une plateforme d’apprentissage numérique collaborative et accessible
destinée à celles et ceux qui exercent une fonction de représentation des personnes
handicapées, assortie d’un guide méthodologique.
La plateforme comprend quatre modules de formation interactifs, des vidéos, des tests
d’auto-évaluation, des mises en situation, des ressources documentaires, des espaces
d’échanges. Le guide décrit la méthodologie ayant présidé à la définition des contenus et
de la forme donnée à la plateforme, à son développement et son implémentation. Y sont
abordées les méthodes utilisées pour recueillir les besoins de formation émis par les
personnes concernées, pour construire et scénariser les modules, pour répondre le mieux
possible aux normes d’accessibilité universelle, pour assurer le suivi et l’amélioration
continue du produit.
 

But du colloque

Ce colloque a pour but de diffuser en Suisse les résultats de ce projet et de le mettre en
perspective au regard des enjeux politiques actuels et du rôle des organismes de défense
des intérêts des personnes handicapées.
La matinée sera consacrée à une présentation de la plateforme ParticipaTIC. S’ensuivra
une réflexion sur sa contribution au développement d’une politique du handicap en Suisse
visant la mise en oeuvre de la Convention des Nations Unies. Y prendront part divers
acteurs : des représentants du monde politique, associatif et de la formation.
L’après-midi sera dédiée à l’utilisation de la plateforme à travers des ateliers permettant
d’explorer et de s’approprier les contenus des modules. Ces ateliers seront suivis d’une
réflexion sur comment concevoir une formation en ligne, accessible et participative. Un
guide avec conseils pratiques complétera la démarche.
La journée se terminera par un débat. Les participants à la journée seront invités à
s’exprimer sur leur vision de l’utilité et de l’usage qu’ils pourraient faire de la plateforme
numérique d’apprentissage pour renforcer les compétences des acteurs de l’inclusion
sociale.
 

Public cible

Cette journée s’adresse aux organismes d’entraide de personnes handicapées, aux
organisations d’aide ou d’assistance aux personnes handicapées, aux organisations de la
société civile qui défendent les intérêts des personnes handicapées, aux institutions pour
personnes handicapées, aux représentants du monde de la santé et du monde
académique, aux autorités publiques nationales concernées par l’élaboration d’une
politique du handicap.
 

Lieu

L’événement aura lieu au Techno-Pôle (Sierre), premier pôle de Suisse dédié aux
technologies de l'information qui réunit quelque 60 start-ups, petites ou moyennes
entreprises (PME) et instituts de recherche. Plus de 500 personnes participent
quotidiennement à la dynamique de ce lieu unique en Suisse. Installé au bord du Rhône,
au pied des montagnes, à deux pas d'un lac et à quelques kilomètres de célèbres stations
de ski, la cité technologique est très facile à atteindre via l'autoroute et par train (direct
depuis Genève). Sierre se trouve à la frontière de la Suisse romande et de la Suisse
alémanique, à 2 heures de Genève et de Milan.
 

Inscriptions

La participation à l’événement sera gratuite. Mais les inscriptions seront obligatoires, le
nombre de places étant limité. En cas de désistement, en prévenir notre secrétariat avant
la date du 8 août. Au-delà, les organisateurs seront obligés de facturer un montant de 125
CHF pour les frais engagés (repas, pause-café, matériel).
 

Share